• Money, Money, Money and Racism Galore

    La rapacité républicaine aux USA vient une nouvelle fois à quelques semaines d'intervalle de se manifester.

    La rapacité républicaine aux USA vient une nouvelle fois à quelques semaines d'intervalle de se manifester.

    J'ai admiré et admire toujours les réalisations technologiques des américains, leur esprit d'entreprise, leur capacité à savoir faire des virages à 180°. Par contre j'éprouve un profond dégoût pour une grande partie de ce peuple pour qui tout se résume à coups de dollars avec une hypocrisie caractéristique hélas des tenants du christianisme, où la main sur le cœur on invoque à tout bout de champ la bible et Dieu si tant est qu'il existe.

    Je n’oublierai jamais ce premier soir de mon premier séjour aux USA. J'assistais à une comédie musicale à Broadway assis à coté de deux dames âgées; à l'entracte la conversation s'engagea entre nous, caractéristique sympathique de l'américain qui vous aborde facilement pour bavarder en particulier lorsque vous êtes étranger. J'appris ainsi que c'était la première sortie de l'une d'elles après un long et douloureux deuil. Bien entendu lorsque je dis que j'étais français et parisien, ce fut le rituel "Wouaaaah, Oh my God! I'd love to visit Paris". Que vient faire dieu dans cette affaire? Il n'est pas certain qu'il le sache lui-même! Cela dit la réaction est sympathique.

    Plus sympathique encore fut l'invitation à dîner faite à la fin du spectacle. Elle m’emmenèrent dîner dans un restaurant de la 6e avenue si mes souvenirs sont bons , cela se passait en 1982, logé dans une maison à deux étages coincée entre deux gratte ciels; le propriétaire refusait de céder aux démolisseurs; cela donnait un coté particulièrement comique mais aussi touchant de voir qu'il y avait encore dans ce pays où la protection de l'architecture historique était encore à l'époque loin d'être coutumière, des gens tentant de conserver un témoignage de l'histoire de cette mégalopole; ils ont fait des progrès dans ce domaine dieu merci.

    Alors que nous venions de terminer de faire notre commande, ponctuée déjà par cette manie de vous faire la description des plats du jour en vous en donnant le prix, même dans un restaurant haut de gamme, l'une de mes hôtes me fit cette demande:

    "What is your occupation? How much do you make?".

    Je me fiche éperdument de donner mon salaire. Je gagnais bien ma vie, j'avais les compétences pour justifier mon salaire, je n'éprouve pas comme la majorité de mes compatriotes un véritable dégoût et une véritable haine pour ceux qui prenant des risques dans la vie, ayant trimé pour faire leurs études dans de nombreux cas, travaillant d’arrache pied pour arriver à un poste de responsabilités et les assumant, ont un salaire correspondant à leurs compétences et leurs réussite; un Professeur Soulié, un Bérégovoy, Dassault, un professeur Cabrol, pour ne citer que quelques noms sont ou ont été là pour justifier le niveau de leurs rémunérations. Les deux premiers étaient d'origine plus que modeste. Par contre je méprise les Darmanin et autres ambitieux qui feront tout pour obtenir les postes rémunérateurs, asseoir leur pouvoir quitte a enfreindre des lois claires et précises, souvent n'ayant pour seule compétence que l'intrigue, l'art de jouer des coudes et du "ôtes toi de là que j'm'y mette"!

    Cette manie américaine de toujours ramener dans la conversation le propos sur l'argent m'exaspère. L'excuse du prix élevé des études, de l'absence de système de couverture sociale ou presque, ne saurait le justifier; on fait son lit, on se couche, dit le proverbe; personne n'empêche le peuple américain de voter pour des gens ayant la conscience que tout le monde n'est pas logé à la même enseigne, que le droit à l'étude et à la formation même de haut niveau ne doit pas être entravé, que pouvoir bénéficier des meilleurs soins médicaux est un droit inaliénable.

    On a en ce moment la démonstration flagrante de ce scandale dans le fait que les victimes du Covid19 sont plus importantes dans les zones défavorisées tout particulièrement non blanches ou latinos. Le nombre de morts qui dépasse aujourd'hui les 105000 s'explique aussi par cette inégalité d'accès aux soins autant qu'à l'attitude totalement irresponsable du Président Américain et de sa clique républicaine.

    Qu'un Président traite au départ de gripette la pandémie actuelle déjà largement confirmée, qu'il insiste pour un dé-confinement au bout d'un peu plus d'un mois alors que tout démontre la virulence de l'extension de la pandémie, laisse pantois.

    C'est là une fois de plus que l'argent vient mettre son foutu nez. L'argent passe avant la vie de l'individu pour ce type. Comme en plus il est d'une stupidité et d'une prétention qui devraient le faire examiner par un psychiatre, il sort des bourdes comme celle de se protéger en avalant des détergents ou équivalent, prétend sans preuve que l'hydroxychloroquine peut guérir et bien d'autres aberrations du même genre soutenue jusqu'au silence du conseiller médical de la Maison Blanche qui présente lors de ces affirmations, se tait comme si elle n'avait rien entendu. Le pire c'est que c'est un médecin!

    Autre exemple de cette priorité mise sur le gain, le lancement de la mission SpaceX-Dragon du week end dernier.

    Je suis loin de contester l'intérêt et surtout l'exploit réalisé, mis à part le coté nationaliste exacerbé de la réussite de la mission.

    J'ai admiré la réalisation du projet et de la mission réussie que j'ai suivi quasiment dans son intégralité sur YouTube, en direct, le sang froid de ces deux astronautes, la précision de l'arrimage de Dragon à l'ISS, la beauté des prises de vues en direct depuis la navette qui faisait que l'on était partie prenante à quasi 100% de cet exploit. On revivait en "live" le fameux plan du film de Kubrick, il ne manquait plus que le passage du poème symphonique de Richard Strauss ou de la valse du Beau Danube bleu. Je me demande encore comment on peut réussir à récupérer sur terre, le premier étage de Falcon, le lanceur, à moins de quelques centimètres de son point atterrissage, alors qu'il vient de parcourir à la frontière de l'espace sidéral près de 100 kms.

    Par contre je trouve choquant que cette mission ait été maintenue dans une situation si sombre pour la nation américaine. Si l'on a pu reporter pour des raisons climatiques d'une semaine ou presque, le départ de la mission, on pouvait aussi la reporter dès la survenance de la pandémie connue dès le début de l'année, elle n'est pas d'hier. Le milliardaire promoteur de l'exploit n'aurait perdu que quelques millions qui n'aurait pas mis sa situation financière au bord du dépôt de bilan. De toutes façons certains de ses actes qui lui ont valu d'être rappelé à l'ordre par la autorités boursières américaines, sont la preuve que les scrupules ne l'étouffent pas.

    Autre point profondément choquant et scandaleux, le mot n'est pas trop fort, est l'attitude du président américain qui a plusieurs reprises a montré son racisme patent tant par des propos, que des actes publiques lors de conférences de presse et maintenant lors des troubles résultant de l'assassinat, le fait est réel et sans conteste, de George Floyd.

    Il n'est évidemment pas question une minute de soutenir, accepter ou défendre les exactions commises par une bande soit d’extrémistes activistes, soit de criminels, menant aux destructions et pillages de ces derniers jours dans tout le pays.

    Il est par contre invraisemblable d'entendre hier soir le procureur général déclarer à la presse qu'il faudra plusieurs mois pour obtenir la mise en accusation et passage devant un tribunal, des criminels qui ont commis cet acte monstrueux. Le système judiciaire américain une fois de plus montre son caractère hypocrite et à deux vitesses. On aura attendu plus d'une semaine pour incarcérer les trois complices de cet acte odieux, on jouera sur les mots pour qualifier ce qui est un meurtre sans appel, on essaiera de trouver de soit disant causes externes à l'acte perpétré par le principal protagoniste du crime sous le prétexte de la présomption d'innocence. Elle a bon dos!

    La nation américaine n'a toujours pas changé dans sa façon de se comporter face à la population de couleur depuis près de trois siècles. Qu'on ne se voile pas la face, la guerre civile de la seconde moitié du XIXe siècle qui si pour certains dans le Nord était justifiée par le scandale de l'esclavage, était pour une grande majorité justifiée par des considérations n'ayant strictement aucun rapport avec la barbarie de la traite des noirs.

    Rien n'a été appris des émeutes des années 50-60; le racisme est toujours là bien vivant chez une majorité d'américains particulièrement du coté du parti républicain. Cessons de nous mettre des œillères.

    Ce racisme d'ailleurs dépasse largement la notion de couleur de la peau. Il en est un plus sournois qui ressort de la xénophobie et rejoint cette mise sur un piédestal de l'argent et du dollar. Ce véritable impérialisme s'est traduit par la façon dont les USA ont exploité pendant des années les ressources pétrolières du moyen orient leur permettant d'avoir du carburant à un prix défiant toute concurrence quand bien même le problème des taxes faibles explique aussi ce niveau déflaté. Cela nous a valu les chocs pétroliers. De ce point de vue le vieux continent n'est pas en reste.

    Ce racisme se retrouve aussi dans ce comportement condescendant d'une majorité d'américains vis à vis de ceux au delà du Pacifique et de l'Atlantique. Comme eut l'arrogance de me le dire une de mes connaissances américaines en 1999:" tout le monde parle anglais, je n'ai pas besoin d'apprendre une langue étrangère"! Une de mes collègues de la banque où je travaillais, porteur d'un nom célèbre dans l'histoire du spectacle américain, eu l'arrogance de trouver choquant que nos logiciels Microsoft en France ne soient pas en langue anglaise; après plus de cinq ans de séjour en France, sauf erreur, elle n'était toujours pas foutue de parler quasi couramment notre langue, ne faisait aucun effort pour la parler sauf quand elle ne pouvait pas faire autrement et nous obligeait souvent dans le département où je travaillais, à tenir nos réunions en anglais! Je lui rappelais que notre société était de droit français et qu'elle travaillait en France et que lorsqu'on se rend à l'étranger ou y travaille on a l'obligation que cela plaise ou non, d'en adopter les coutumes et styles de vie et de faire l'effort intense de parler ou d'en apprendre sa langue. Mon père d'origine hongroise arrivé en 1919 en France maîtrisait la langue française mieux qu'un français. Il l'avait peut-être appris à l'école mais certainement pas au point de ne plus avoir d'accent hongrois au bout de quelques années passées en France pour y faire ses études de médecine.

    Le directeur de Corning France à l'époque Sovirel, patron d'une des collègues de mon épouse, s'étonnait que l'employé préposé à la photocopie ne parle pas l'anglais et lui ne faisait aucun effort non plus pour parler français, sa femme exigeait que la secrétaire face déposer son linge dans un pressing bilingue et de prendre ses médicaments dans une pharmacie américaine! Cela ne s'invente pas.

    Sur YouTube lors de tutoriels pour les produits ADOBE CC, je dois plusieurs fois rappeler à celui qui l'a réalisé de supprimer sa maudite musique et de parler plus lentement car outre un éventuel accent prononcé d'une région américaine, ses auditeurs peuvent être étrangers et ne pas être parfaitement bilingues; j'ai moi-même certaines difficultés alors que je possède relativement bien la maîtrise de la langue américaine et anglaise. La planète ne s'arrête pas aux cotes du Pacifique et de l'Atlantique.

    Aujourd'hui les USA, qu'on ne se le cache pas, sont au bord d'une véritable guerre civile. A qui la faute? D'abord à la non réforme de fond en comble d'une constitution plus que bicentenaire, totalement incompatible avec les conditions économiques, sociales, technologiques, climatiques du XXIe siècle.

    Mais y a-t-il de quoi s'étonner; souvenons-nous que notre histoire et celle de bien d'autres nations européennes est peuplée d'émeutes souvent sanglantes, résultant justement de cette sorte de racisme qu'est l'abus de pouvoir, de privilèges inacceptables, de non adéquation des institutions à un moment T. On n'a pas besoin d'être de gauche pour condamner ces privilèges.

    Un système électoral encore soutenu par l'argent à ne savoir qu'en faire qui fait qu'un Président puisse être élu alors que chiffres en main on peut prouver qu'il n'a pas eu la majorité effective de votes exprimés de l'ensemble de la population inscrite sur les listes électorales.

    James Michener dans un livre écrit dans les années 60, le démontrait par A+B ("Presidential Lottery, the reckless Gamble in our Electoral System" aux éditions Random House en 1969). Pour ceux qui ne connaissent pas l'auteur, il a écrit de nombreux best selllers, dont "Tales of the South Pacific" qui fut l'inspiration de la comédie Musicale de Rogers et Hammerstein portant le même nom, de "Centennial" remarquable ouvrage faisant l'histoire romancée des USA adapté à la télévision et vu sur l'une des chaînes françaises bien avant la télévision par câble, "les ponts de Toko-Ri" adaptés au cinéma par Mark Robson avec en tête de distribution William Holden, Grace Kelly, Fredric March et Mickey Rooney, film traitant de la guerre de Corée.

    L'argent a pris d'année en année une importance colossale et depuis la Présidence Reagan ceci n'a fait que s'amplifier.

    Dernière en date de ce comportement rapace, les deux tentatives, le seconde en cours, de détourner à des fins commerciales, le Colorado et le Grand Canyon.

    Il y a une dizaine d'années à peine, ce fut le projet de créer un site touristique à la confluence du fleuve et de son affluent, le petit Colorado, un télécabine et des activités commerciales, restaurant compris sur l'un des plus beaux sites du parcours du fleuve dans la gorge de ce canyon spectaculaire unique au monde et qui plus est site sacré pour la nation Navajo à la dite confluence. Il fallu plusieurs années de lutte pour qu'enfin le projet soit interdit. Je n'ai pas hésité une seconde à signer la pétition contre cet inacceptable projet.

    Qu'importe, il y a quatre jours le Federal Energy Regulatory Commission (FERC) a accepté de soumettre pour deux mois, une enquête d'opinion pour un projet de barrage à Big Canyon près du Petit Colorado une fois de plus! L'association "Save the Confluence" est entrain de mobiliser le public contre cette nouvelle atteinte à l'environnement, lésant qui plus est les maigres ressources agricoles de la population de la réserve Navajo dans une région au climat des plus durs. ("réserve" encore un témoignage du racisme patent des autorités américaines, le génocide caractérisé de la population indienne au XIXe siècle n'a pas suffit).

    Il n'a pas suffit pour les autorités fédérales de créer une véritable catastrophe écologique dans tous les domaines avec le barrage de Glen Canyon sur le Colorado qui donna naissance au Lac Powell, tout cela pour permettre entre autres, d'arroser les golfs de Phoenix et alentours, véritable menace qui plus est dans une région sismique ou qui pourrait être affectée par des répliques d'un tremblement de terre sans précédent dans la faille de San Andrea qui n'est qu'à moins de 800kms de là, en Californie. Il y a eu déjà des séismes à Grand Canyon d'une faible magnitude mais suffisamment forte pour précipiter dans le vide un convoie de mules transportant matériels et vivres pour Phantom Ranch au bas du South Kaibab Trail de Grand Canyon. Tout cela n'a rien d'hypothétique.

    Le barrage de Glen Canyon a fait disparaître un joyau terrestre, mais entraina la perte de nombreux sites archéologiques, fit baisser la température du fleuve en aval du barrage autour de 10° maximum même en plein été, perte d'espèces de poisson rares, modifications de la flore et de la faune, accroissement de la dangerosité des rapides du fleuve par la non purge régulière de ceux ci par le courant dont la puissance a été divisée au minimum par dix.

    Deux barrages avaient été tentés après la construction de celui de Glen Canyon, on peut en voir encore les travaux exploratoires sur la rive gauche du fleuve en faisant la descente du Colorado en raft ( je l'ai faite en 1995) et seule la mobilisation sans précédent organisée par le Sierra Club, pu mettre un terme à ce qui aurait rayé de la carte le Grand Canyon et sauf erreur le Président Ford obtint un vote du Congrès qui fait que pour envisager un nouveau projet du même genre, il faudrait un vote majoritaire voire unanime ( à vérifier) des deux chambres pour l'autoriser. La relative facilité avec laquelle certaines lois peuvent être abrogées fait frémir sous un régime comme celui d'un irresponsable comme le président actuel! Dans le cas de la confluence, les Etats de l'Arizona et de l'Utah sont impuissants car la réserve Navajo est prioritaire en droit pour prendre ses décisions. Ainsi dans le projet Gondola cité plus haut bien qu'impactant le cours du fleuve à la confluence, il se trouvait à l'extrême frontière est du Parc National de Grand Canyon comme me l'expliqua mon ami Mike Buchheit, directeur du Grand Canyon Field Institute, dont je suis membre, organisation faisant partie du Grand Canyon National Park.ORG.

    Que dire de plus? Il est consternant de voir un pays de la taille des USA, une population capable d'entreprendre des exploits technologiques sans précédent permettant à l'ensemble des la planète de bénéficier de moyens de communications dont personne aujourd'hui ne pourraient se passer, s'avilir par des comportements irresponsables, racistes, xénophobes voire impérialistes et foncièrement malhonnêtes.

    J'ai parcouru l'Ouest américain de long en large depuis 1982, parcouru environ 1000kms, en solitaire dans la plupart des cas, dans le Grand Canyon et certains canyons de l'Utah, seule façon de comprendre réellement la mentalité de ce peuple capable du meilleur comme du pire.

    Nous lui devons d'être libres mais il ne faut pas oublier non plus que pendant le conflit qui fit de 50 à 70 millions de morts, les USA par leur président alors en exercice et son équipe ont néanmoins envisagé de faire de la France une zone occupée, ont collaboré avec l'infâme régime de Vichy en maintenant des relations diplomatiques avec lui et son vieillard gâteux de Pétain et sa bande de collaborateurs, Laval en tête. Il ne faut pas avoir la mémoire courte.

    Ce pays que j'admirais tant, aujourd'hui m'inspire un profond mépris quand je vois comment il tolère et a de fortes chances de réélire un individu comme Trump.

    Mais dans le fond que peut-on attendre d'un comportement qui dépasse largement les frontières des USA, par toute absence d'éthique et de respect d'autrui affectant l'ensemble de la planète, France incluse.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 4 Juin à 19:05

    Bonjour Claude,

    j'ai eu du mal à tout lire, yeux fatigués après une petite nuit de 4h  seulement. Manque de soins (shiatsu) à cause du confinement. Je rencontre quelqu'un lundi pour essayer de me remettre sur pied, mais ce sera long. 

    Parler de Trump me donne des boutons, mes amis américain également.

    J'ai apprécié ton article, même trop long. Merci pour cet énorme travail.

    Bises Sylvie et G

    2
    Claude
    Jeudi 4 Juin à 19:15

    Bonsoir Sylvie, il est assez difficile de résumer en 10 lignes la situation actuelle et ses origines; une certitude, Trump est le prototype même du psychopathe dangereux et sans doute le pire des présidents de l'histoire des USA; Nixon à coté est un enfant de coeur. En ce qui me concerne je suis déjà en froid avec mes amis de Denver qui sont des républicains garantie grand teint. Seul mon copain et son épouse de Grand Canyon partage mon sentiment. Ce matin l'ex ministre de la défense de Trump a été jusqu'à faire un rapprochement avec certains Nazis, et a qualifié de totale irresponsabilité l'envie du président de faire intervenir l'armée suivie en cela par l'ensemble des officiers de haut rang de l'armée US. Les USA se trouvent dans une situation des plus graves jamais rencontrée depuis leur existence et leur constitution. C'est bien la première fois qu'un meurtre racial entraine un tollé général au niveau mondial en occident.

    A suivre!!!!

    Bises

    Claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :