• Souvenirs d'une Ambassade à Berlin 1931-1938 André François Poncet

    Cet ouvrage de souvenirs du grand ambassadeur français, père de Jean François Poncet également diplomate, et oncle de Michel François Poncet ancien Président de Paribas, a été réédité chez Perrin en ce début d'année.

    Pour ceux que cette période majeure de l'histoire européenne et mondiale intéresse, il constitue avec l'ensemble des ouvrages consacrés par William Shirer que j'ai commenté ici, une lecture passionnante et un angle de prise de vues au sens cinématographique du terme quasiment indispensable. 

    Comme les journaux de Berlin de Shirer, ou son second tome de mémoires " Les années cauchemars", Poncet nous offre une prise de vues en temps réel de ce qu'a été la montée du Nazisme et de ses principaux protagonistes  au travers des relations du gouvernement français avec l'Allemagne.

    Il bénéficie qui plus est d'un style d'écriture d'une qualité exceptionnelle que pratiquement aucun historien actuel ne saurait atteindre à de très rares exceptions près tel par exemple les ouvrages de Jean-Christian Petitfils.

    L'auteur non seulement nous retrace les événements majeurs auxquels il se voit confronté et dont il rend compte à son gouvernement totalement aveugle et irresponsable, doublé en cela par une Angleterre vivant sur des illusions allant jusqu'à la trahison de son principal allié (affaire du pacte naval anglo-allemand) , mais il nous trace des portraits saisissants de certains des protagonistes.

    De ce point de vue la seule lecture des  7 pages (389-396) que François Poncet consacre à Goering, méritent à elles seules le détour. C'est un portrait hallucinant de ce personnage complexe et monstrueux tant physiquement que par son cynisme. Il se termine par la peinture de cet homme dans son grenier, montrant à notre diplomate le fonctionnement de son train électrique!

    Poncet parle: "...Un jour il me l'a montré et l'a fait fonctionner devant moi. Mais tout à coup, oubliant, peut-être , ma présence, l'un de ses neveux s'est écrié:

    "Oncle Hermann! faites donc sortir le train français!"

    Le train en question sort du hangar. Alors sur un des fils qui dominent le paysage, le neveu fait à son tour, glisser un avion minuscule et, de cet avion, tombent des bombes garnies d'amorces, avec lesquelles le jeune garçon s'efforce d'atteindre le train français...Chez les Nazis, il n'y a pas de jeux innocents!..."

    (Fin de citation)...

    Epuisé et n'en pouvant plus de voir ce qui se passe François Poncet quittera Berlin pour Rome en 1938.

    Un livre à lire absolument.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :