• Pétain de Bénédicte Vergez-Chaignon

    Cette biographie est parue chez Perrin en 2014.  Son auteur dont j'ai commenté ici le livre sur Touvier  est un ouvrage de 1000 pages très documenté et faisant référence à de nombreuses sources souvent récentes.

    Pour ceux qui s'intéressent à l'une des périodes les plus sombres de notre histoire, ce livre est un passage obligé. Je n'en dirai pas plus.

    Pour moi le personnage de Pétain est odieux. Il symbolise la continuation constante de tout le régime de la troisième république faite constamment de compromissions aboutissant avec la complicité de la Grande Bretagne de 1933 à 1939 à un refus de regarder en face la montée d'un monstre au pouvoir en Allemagne ce qui aurait pu éviter si on s'y était pris à temps et sans la moindre compromission, des millions de victimes tant militaires que civiles massacrées. 

    Le régime de Vichy est la poursuite de cette politique de compromission, la quatrième république a pris la suite jusqu'à sa chute et aujourd'hui ce que nous observons depuis l'irréparable élection de Mitterrand en 1981, n'est qu'une suite là encore de compromissions inadmissibles qui ont amené à un effondrement économique sans précédent et une dégringolade culturelle qui dépasse l'imagination.

    Je n'accorde aucune circonstances atténuantes à un homme décidé à faire de la France dès son accession au pouvoir dans des circonstances constitutionnelles des plus douteuses en termes légaux, un pays sous un régime dictatorial. Ses écrits sont là distillés par l'auteur à longueur de pages pour le prouver. 

    Ce qui pour moi est insoutenable c'est la sémantique utilisée où là encore la peur de s'engager par des termes catégoriques sous couvert d'impartialité, m'a mis mal à l'aise voire révolté tout au long de la lecture du livre.

    Je trouve tout de même un  peu fort de café, cette phrase de l'auteur commentant la réponse d'André Marie, ministre de la justice en 1947, aux avocats de Pétain réclamant la révision de son procès:

    "André Marie ancien prisonnier de guerre...déporté à Buchenwald, prend enfin de très haut les leçons que les  avocats voudraient lui donner en matière de détention et de respect des droits de l'homme..." (mots graissés de mon fait).

    Comment ça "De très haut" ?! L'auteur de la biographie me semble bien indulgente pour un chef d'état qui a soutenu tout au long de sa période au pouvoir qu'il fallait collaborer avec l'Allemagne Nazie! Qui a fermé les yeux sur les exactions de la Milice et autres tribunaux d'exceptions qui ont fait exécuté des malheureux pris en otages!

    L'impartialité exigée dans une biographie ne saurait s’accommoder de sémantique face à des faits avérés.

    Tel est le bilan de cette lecture qui en ce qui me concerne, laisse un gout amer sinon par moment révolté et en tous cas ne me fait accorder, je le redis, aucune clémence et circonstances atténuantes et aucune pitié pour Pétain.


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 17 Septembre 2016 à 01:06

    Suite: tu as trouvé de la bonne lecture qui t'intéresse je suis contente pour toi!

    A bientôt vers le 4 octobre!

    Bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :