• Live and let live

    En choisissant ce titre pour mon blog il y a quelques trois ans  il y avait quelque chose de prémonitoire, lisez plutôt:

     

    Mercredi 15/02/2017  06h00: je me réveille doucement d'un sommeil sans histoire. Comme toujours je m'assieds au bord du lit avant de me lettre debout pour éviter tout problème d'équilibre.

    Me voilà debout quand j'ai comme l'impression de recevoir en pleine poitrine le mur qui me fait face et simultanément une sensation de feu en plein thorax qui se propage de façon fulgurante au bras gauche. Le diagnostique est imparable: infarctus!

    Dans les moments graves je garde un calme imperturbable, selon mon ami Mike de Grand Canyon je dois cela à mes expériences de randos américaines, je pense que j'ai hérité de mon père cardiologue cette faculté.

    Revenu du choc en quelques secondes j'appelle le Samu, vais à ma porte d'appartement l'ouvre en grand et sort de mon dossier SS les documents indispensables dont une liste que je porte toujours sur mon moi de mes antécédents médicaux, etat civil, personne de confiance, etc... Elle est aussi  affichée sur mon mur de cuisine  en évidence.

    Je m'habille tant bien que mal et m'assied sur un fauteuil de mon bureau pour attendre les secours qui arrivent dans les 10 minutes.

    Ils prennent les choses en main, ECG, Anticoagulant, appel du service de choronographie de la  Salle Pétrière où ils me conduisent en vitesse et à qui je dois la vie et de pouvoir écrire ces quelques lignes. Trois coronaires bouchées! Merci au jeune médecin qui pratiqua avec succès et que plus tard rentré chez moi je contacterai pour lui témoigner ma profonde reconnaissance.

    Il y a toujours dans les situations les plus dramatiques des moments cocasses.

    Le médecin qui m'accueille ce matin là n'est autre qu le fils de mon cardiologue lui-même l'est ainsi que son frère. Quand il se présente c'est comme un rayon de soleil dans ces circonstances où pendant près de cinq jours je frôlerai le néant. Je lui dit alors me présentant: "Je suis le fils de votre père" lapsus pour " patient de votre père"...

    Aujourd'hui j'écris ces lignes d'une clinique de réadaptation cardiaque, équipé d"une vraie Rolls placée sous ma clavicule gauche et qui surveille tous les battements de mon coeur sérieusement sinistré, par voie téléphonique les infos sont chaque nuit transmises à un centre de surveillance.

    Pour le reste un autre article fera plus tard le bilan de mon aventure, bilan qui sera pour certains dont les autorités médicales et autres de ce maudit pays, particulièrement explosif...

    A suivre....


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Mars à 23:18

    Coucou Claude,

    désolée de n'avoir pas eu plus du temps pour te rappeler depuis samedi ou dimanche.

    Hé bien je suis contente de te revoir ici, tu arrives avec un seul bras à écrire, génial!

    Bonne suite pour te rééducation cardiaque. Bonne semaine et gros bisous.

    2
    Mercredi 15 Mars à 12:00

    e n'est pas grave; pour le moment on essaie de voir comment me faire remonter ma tension qui stagne à 8/5. autant dire que je suis un zombie ne tenant pas sur ses jambes.....chaque chose est un effort épuisant, même tenir un livre!

    bises claude

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :