• Révolte

    Le comportement des individus et des Français en cette sinistre période me révolte. Certains de mes lecteurs pourront se sentir visés, peu m'importe, les faits sont là et inacceptables.

    Ce sont tous ceux qui gémissent, font toute une histoire alors qu'ils n'ont plus de contraintes professionnelles comme moi, de ne pas pouvoir partir en vacances du fait des restrictions apportées à la distance autorisée en matière de déplacement.

    La grande affaire! Ils ne vont pas aller se bronzer sur les plages ou faire du tourisme. Qu'ils pensent un peu à ceux pour qui la bronzette aujourd'hui s'appelle, quatre planches ou la poussière! Encore au moins les pauvres, ils ne souffrent plus, mais quid de ses enfants qui ont perdu un ou deux parents et sont désormais orphelins? Ont-ils des proches pour les soutenir? Sauront-ils quand ils sont petits ce que c'est d'avoir une histoire le soir en allant se coucher, de sentir le contact tendre de la caresse d'une maman ou d'un papa? Pouvoir faire des études pour pouvoir affronter la vie le moins mal possible? Quid de ceux qui ont perdu un ou une fiancée voire compagnon ou compagne et dont la vie s'est effondrée par la faute du comportement totalement irresponsable de ceux qui nous dirigent depuis des décennies ou par celles de ceux et celles qui s'agglutinent au Champ de Mars sans respecter les règles élémentaires de distanciation physique et le port qui devrait être obligatoire du masque enfin disponible.

    Hier sur LCI lors d'un de ces multiples débats souvent stériles, animés par des journalistes qui font dans le star system, ne laissent souvent pas leurs interlocuteurs terminer leur phrase, était abordé  le sujet des plaintes au pénal déposées à l'encontre de certains de nos gouvernants et le problème de la propension des gens à refuser certains traitements dont les vaccins.

    Un avocat interrogé, s'indignait contre le dépôt de ces plaintes disant que les plaintes ne devaient pas avoir de conséquences pénales en cas de condamnation. En un mot il n'y avait pas intention de nuire, comme le serait celui de ne pas porter secours à une personne au bord de la route entrain de perdre tout son sang.

    De plus en plus on veut, dans les milieux politiques, s'exonérer de toutes responsabilités.  Or les faits sont bel et bien là. Depuis des décennies les scientifiques mettent en garde les populations du globe contre les risques de mutations de virus contre lesquels nous n'avons à ce jour aucun moyen de défense. Depuis décembre 2019 nous sommes informés directement ou indirectement de l'épidémie amorcée en Chine et qui pouvait bien s'étendre à d'autres pays en rapport avec ce pays qui on le sait parfaitement, a l'art en pays totalitaire, de cacher la vérité non seulement à ses citoyens mais surtout aux autres nations.

    On fait comme si les virus s'arrêtaient aux frontières en l'absence de visa. On sait qu'aujourd'hui avec la facilité avec laquelle  on peut voyager, on a là un vecteur de dissémination de maladies évident et qui peut prendre une ampleur sans précédent. On oublie qu'il y a un siècle la Grippe Espagnole a fait des ravages, limitées néanmoins du fait de la difficulté à se déplacer sur une longue distance, et pourtant les morts se sont dénombrés en centaines de milliers.

    Qu'ont attendu ces messieurs assoiffés de pouvoir, pour constater ou arrêter l'effondrement du stock de masques disponible en cas de catastrophe sanitaire. Qu'attendait depuis Janvier, l'équipe au pouvoir pour tenter de les reconstituer et immédiatement trouver des moyens de substitution aux approvisionnements en provenance de Chine qui évidemment se tariraient car elle commencerait par les garder pour elle-même et sa population. Le "c'est pas de ma faute, c'est la faute de l'autre" est la tarte à la crème de ces parasites qui ne pensent qu'à leurs avantages colossaux et se fichent bien de ceux qui les ont élus, en dépit de leurs grandes phrases. En bons fonctionnaires qu'ils sont, ils se sont exonérés de toutes responsabilités et si d'aventure  il y avait une faille dans ce système, ils s'empressent de le combler.

    On nous parle de commissions d'enquêtes des assemblées et des poursuites pouvant en résulter! Allons-donc! Que deviennent les poursuites contre le ou les responsables de la "tempête dans un verre d'eau" signée Benalla et consorts? Combien de temps mettra-t-on pour présenter devant un tribunal quelqu'un qui a commis un parjure, une affaire qui semble avoir porté atteinte à la sécurité de l'Etat par les découvertes faites en démêlant l'écheveau des relations de l'intéressé? Il ne s'agit pas de condamner à priori mais de faire toute la lumière sur cette affaire en public et non dans le vase clos d'une autorité judiciaire qui pourrait être soumise à des pressions indirectes du pouvoir, cessons de jouer les naïfs. On sait parfaitement faire jouer la raison d'Etat dans l'ensemble des gouvernements régissant la planète.

    Quant à l'attitude de plus en plus critique des instances et des méthodes médicales, à qui la faute? Quel médecin a-t-il vraiment le courage de dire vertement à son patient qu'il n'a pas les connaissances pour juger du traitement proposé? Quel médecin ose vraiment dire à son patien, "je ne sais pas ce que vous avez, revenez me voir à la première alerte."? Ce n'est pas politiquement correct.

    De plus en plus de gens se prennent pour des spécialistes des questions médicales; au départ jusqu'à l'arrivée d'internet, ils consultaient des dictionnaires médicaux, le Vidal  et les éditeurs exploitaient le filon. Aujourd'hui c'est via Google ou autres support de recherches, ce sont ces maudits réseaux sociaux qui n'ont de sociaux que le nom, c'est YouTube où rien n'est fait pour endiguer le flot croissant de fake news, démonstrations sans le moindre fondement scientifique de comportements à avoir contre entre autres les vaccins. Pire les soit disant écologistes s'en mêlent et donc la politique vient mettre son grain de sel sans la moindre compétence en la matière. Mon fils m’assomme avec ces conseils médicaux sortis de sites internet avec un ton doctoral.

    C'est aussi la faute de nombre de médecins qui n'osent pas dire ouvertement à leur patient la vérité sur les risques qu'ils prennent à ne pas suivre à la lettre les recommandations voire pire les prescriptions.

    Un exemple surement parmi d'autres que j'ai vécu lors de mon hospitalisation à la suite de mon infarctus en 2017.

    J'ai été remarquablement soigné à la Salpêtrière et voue à l'ensemble du corps médical et soignants de tous les niveaux, une reconnaissance sans faille, y compris aux équipes du SAMU intervenues en un temps record. Cependant il fallait voir les précautions sémantiques de l'interne venu m'expliquer que je devrai porter un pacemaker. On devait me mettre d'abord un engin externe, le temps de recevoir le définitif, ça ne laissera pas de traces me dit-il! La belle affaire si dans l'immédiat une cicatrice empêchera un quatrième arrêt cardiaque! Mes infirmières étaient écroulées de rire lorsque partant au bloc après une séance de préparation pré-opératoire qui avait tourné aux propos de salles de gardes avec les adorables infirmiers en charge, je lançais dans le couloir à l'adresse de l'une d'elle, parodiant une scène du Dindon de Feydeau:" Morgane, au secours , des hommes après moi!" Quinze jours plutôt mon pronostic vital était proche de zéro.

    Second exemple: à la clinique Bizet où je faisais ma réadaptation cardiaque, nous étions réunis dans notre salle de repos attendant notre tour pour notre séance de cardio-training et la conversation tournait autour des aventures de chacun des dernières semaines. Une dame, la jeune soixantaine, victime d'une embolie pulmonaire, sortie indemne grâce aux soins du corps médical, nous avouait qu'elle fumait jusque là 8 paquets de cigarettes par 24h!!!! Elle s'est bien gardée de nous donner la recette d'une telle productivité tabagiste. Néanmoins sur les conseils du médecin lui disant d'arrêter toute utilisation de cette drogue, elle décida dit-elle de se limiter désormais à 4 paquets par 24 heures. Mais pour un second élément du traitement, elle était déterminée à ne pas le suivre: la pause d'un pace-maker pour contrôler ses risques d'arythmie pouvant avoir des conséquences fatales; la raison? "Enfin je ne vais tout de même pas abîmer mes seins"!!!!

    Méchamment, exaspéré par tant d'irresponsabilité quand bien même notre vie nous appartient et on en fait ce que l'on veut, je lui lançais:

    "Je ne savais pas que vous aviez vos seins au niveau de vos clavicules; en général passé un certain âge ils auraient plutôt tendance à passer au dessous de la ceinture"! Inutile de dire le fou rire des autres participants et le regard furieux de la "jeune femme"!

    Nos chercheurs, nos médecins, les soignants à tous les niveaux, passent des années, dépenses des millions pour nous fournir des moyens d'éviter le pire, et voilà que des individus après avoir profité gratuitement de leur travail et savoir faire, nous ne sommes pas aux USA où une appendicite coûte la peau des fesses, se permettent de rechigner voire de refuser un traitement qui viendra conforter des semaines de lutte contre leur maladie.

    On critique les vaccins? Un certain professeur est allé jusqu'à dire qu'ils ne servaient à rien? Quid de celui de la variole qui a sauvé des millions de personnes de cette maladie mortelle il n'y a pas encore si longtemps, celui de la polio, celui contre la tuberculose et bien d'autres?

    Jusqu'où va aller ce comportement irresponsable. La vie est plus importante que d'aller à la plage ou faire de la rando quand bien même il n'y aurait qu'une personne, car elle pourrait bien déclencher l'arrivée de la seconde vague. Ce n'est surement pas quinze jours à peine après le début du dé-confinement que l'on peut dire qu'il n'y a plus de danger et encore moins quand on voit comment se comporte en ce moment les irresponsables du champ de Mars et des plages de Carnac.

    Ceux qui ne respectent pas ces règles sont des criminels, ces gouvernants qui passent leur temps à mentir, à caresser dans le sens du poil leurs électeurs, de peur de perdre leur vote et de retrouver tous les 5 ans leurs chers avantages en  pièces sonnantes et trébuchantes ou en nature, le sont aussi; le port du masque devrait être obligatoire, l'élection municipale secondaire quand on n'a pas la certitude de pouvoir éviter une contamination, une aberration, la démocratie n'a rien à faire la dedans. 

    De même pour redresser l'économie du pays face à une crise sans précédent dont on est loin d'imaginer ce qu'en sera l'ampleur, on doit s'asseoir sur les 35h, les RTT, les 4 à 6 semaines de vacances, sans compter les viaducs et aqueducs, grande spécialité française n'en déplaise aux irresponsables des syndicats plus enclins eux aussi à faire dans le populisme par leurs déclarations qu'à avoir une vision  constructive et responsable des problèmes économiques et financiers.

    Certain sur mon blog dit que j'éructe, oui je me révolte car j'aimerai bien avoir la santé à 78 ans pour apporter aussi minime soit-il, un peu de mon savoir faire à un pays qui va tout droit dans le décor.

    Pour moi en tous cas, pas de dé-confinement depuis deux mois et au moins pour encore quelques autres. Non seulement je me protège, port du masque pour protéger autrui, gants en latex, quand je sors exclusivement pour aller renouveler mon stock mensuel de médicaments me protégeant autant que faire ce peu d'une rechute qui a de fortes chances d'être fatale, le reste sur le net. Je n'en meurs pas. Je communique avec mes amis, ma famille par internet ou téléphone, nous ne sommes plus au temps où on obtenait une ligne téléphonique au bout de deux ou trois ans voire un peu moins quand exerçait une profession prioritaire comme la médecine.Et puis profitons d'internet pour apprendre, découvrir de nouvelles activités. Nous dépensons bien souvent de l'argent à tort et à travers.

    C'est vrai qu'il y a des situations dramatiques en particulier en terme de logements insalubres, surpeuplés mais par la faute de qui. Sur l'une des places de la Défense, il y a des logements sociaux loués à des Présidents de sociétés! Les pauvres! Ils sont des économiquement faibles! C'est cette société de HLM qui fait occuper par des bureaux l'immeuble construit récemment au coin de ma rue dans le XXe! Mais c'est aussi l'hypocrisie bien française qui ne veut pas comprendre qu'en période de crise économique, on doit freiner l'entrée de son territoire à de nouveaux arrivants souvent plus intéressés par notre couverture sociale que par le désir réel de s'intégrer dans notre population. Comment peut-on donner le droit d'asile ou autre à quelqu'un pour qui l'on sait par avance, qu'il ne trouvera pas d'emploi dans un pays au taux de chômage largement truqué et sous évalué, pas de logement décent à un coût abordable, ou/et qui est déterminé à imposer ses coutumes à son pays d'acueil au lieu de s'intégrer en s'adaptant à celles de son lieu de résidence.

    Avoir un nouveau regard sur la vie, dit-on en résultante de la pandémie qu'on traverse? On n'est pas sorti de l'auberge, on ne fait qu'y rentrer.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Mai à 23:54

    On se sent mieux en le disant bravo Claude,

    même si je ne suis pas d'accord avec tout.

    Mais pas le temps de l'exprimer de suite

    @+ et bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :