• Ces jours ci je repense au bon vieux temps de mes études de sciences économiques faites à Grenoble et à Nice. Je compare cette période à celle que nous vivons où le respect des professeurs était la contrepartie d'un enseignement par des hommes et des femmes d'un niveau tant de connaissances que de forme et de style que peu aujourd'hui peuvent à mon sens atteindre. Parmis eux voici quelques exemples dont je tire les biographies de Wikipedia.

    Mon prof d'Eco-Po était Robert Mossé (1906-1973) . Il avait un caractère pas facile, il inventa les fiches bibliographiques de la Documentation Economique, fiches détachables qui permettaient de se constituer un fichier bibliographique à une époque ou internet n'était même pas imaginable. Nous savions qu'il avait deux marottes pour les sujets d'examens de première année: L a rédaction d'une fiche aux normes AFNOR et l'analyse de statistiques du Bulletin mensuel de l'INSEE. Dès le début de son cours nous savions que ce serait l'un des deux sujets qui serait posé à l'une des deux sessions. Pas question de s'embarquer dans des considérations théoriques; il fallait du concret dans la copie sinon au revoir la moyenne!  Un de ses défauts était de refuse que son cours soit enregistré pour les étudiants du sanatorium de St Martin d'Héres .

    En droit constitutionel j'ai eu la chance d'avoir Jean-Louis Quermonne(1927-) toujours vivant dont voici le parcours:

    Il est directeur de l'Institut d'études politiques de Grenoble de 1958 à 1969 puis premier président de l'université Grenoble II (à l'époque université des sciences sociales) de 1970 à 19751. Il est un des membres fondateurs du laboratoire d'idées Notre Europe créé par Jacques Delors en 19962, et est membre de son conseil d'administration en 20063. De 1975 à 1976, il est directeur des enseignements supérieurs et de la recherche, au ministère chargé des Universités. Il a été membre du Conseil supérieur de la recherche et de la technologie (1981-1985), membre du Comité national d'évaluation des universités (1985-1989), président de l'Association française de science politique (1995-2000). Il a enseigné, comme professeur invité, aux universités de Tunis, de Rabat, de New York, de Laval (Canada), de Genève, de Lausanne, ainsi qu'au Collège d'Europe (Bruges, Bruxelles, depuis 1994). Il est président d'honneur de l'Association française des constitutionnalistes.

    Son cours était passionnant mais c'était un farouche adversaire de De Gaulle dont il descendait en flamme la constitution de la Ve République; je me souviens d'une de ses phrases célèbres où décrivant la structure de l’exécutif et du législatif, il ajoutait parlant du Président qu'il était "le fléau de la balance"! Nous avions tous compris de qui il parlait!

    Claude Giverdon fut mon prof de droit civil; sur les conseils d'une petite amie je lus l'été sur la plage à Cagnes sur mer le livre de droit civil en deux tomes de  Jean Carbonnier  comme on lit les Misérables ou Notre Dame de Paris; un style tel qu'une simple lecture vous faisait apprendre dès la première lecture cette discipline méprisée par les étudiants de sciences éco. Giverdon était de la même veine et je garde de lui un souvenir sans tâches. Je n'ai rien trouvé sur lui sinon une courte bibliographie sans infos précises.

    En histoires des institutions du Moyen âge à la révolution française j'eus la chance d'avoir Jean-Jacques Chevallier (1900-1983) :

    Jean-Jacques Chevallier, né le 15 février 1900 à Paris où il est mort le 24 mai 1983, est un juriste, historien, et politologue français.

    Professeur à la Faculté de droit et des sciences économiques de Grenoble, puis de Paris, Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, membre de l'Académie des sciences morales et politiques (1964-1983)1, il a laissé de nombreux ouvrages, en particulier un grand classique sur Les grandes œuvres politiques de Machiavel à nos jours, paru en 1949 avec une lettre-préface d'André Siegfried, réédité en 1963, puis en 2001 avec une mise à jour d'Yves Guchet.

    Fabuleux professeur, on ne pouvait pas ne pas aimer l'histoire après avoir assisté à son cours qu'on aurait manqué sous aucun prétexte. Devant l'Amphi plein à craquer à Grenoble en 1962, du haut de la chaire , en robe avec ses décorations barrant sa poitrine il nous faisait revivre les grandes batailles et autres événements majeurs de notre histoire comme s'il jouait une pièce de théâtre. Bien que parisien d'origine il avait une pointe d'accent du midi qui ajoutait une certaine truculence à son élocution. Nous avons été avec lui faire la coupe de ski du droit en février à Chamrousse. Je lui dois ma passion pour l'histoire et garde un souvenir ému de ce grand professeur.

    Jean-Louis Maunoury; il était notre assistant de Travaux Pratiques en économie politique à Grenoble puis je l'ai eu comme professeur agrégé en 3e et 4e année à Nice. né le 1er juillet 1939 il consacre son temps libre à l’écriture : poésie, romans, essais, théâtre, livres pour la jeunesse. Il a publié neuf romans pour adultes (Gallimard, Mercure de France, Denoël, Robert Laffont : La Vie exemplaire de Bilal l’avertisseur) et s'est aussi passionné pour la sagesse de Nasr Eddin Hodja, apprenant le turc sur le tard et publiant plusieurs volumes de ces histoires chez Phébus, ainsi qu'un essai, Le Rire du Somnambule : humour et sagesse, au Seuil1.

    Jean-Louis Maunoury est le père de Pascal Mono, auteur-compositeur-interprète.

    Il me remit le pied à l'étrier après une mauvaise passe consécutive à des problèmes de santé en 1967-1968. J'aimerai le revoir comme j'ai eu la chance de revoir mon prof de Gestion Financière et Commerciale de l'IAE de Nice en 1968, Jean Claude Dischamps.

    J'ai revu Jean-Claude Dischamps à la Cour des Comptes en 1996 après ma soutenance de thèse de doctorat de finances à Assas-Paris 2 pour lui remettre un exemplaire de celle ci; je regrettais de ne pas avoir pu l'avoir comme membre du jury en raison de son emploi du temps chargé. Nos retrouvailles près de trente ans après avoir été son étudiant à l'IAE de Nice , émanation de celui d'Aix en Provence dont il fut le créateur, furent émouvantes. Nous passâmes pas loin d'une heure à évoquer les souvenirs de cette seonde promotion de l'IAE marquée en Mai par les évènements de 1968. Je lui rappelais alors comment lors de l'oral de fiscalité il me fit le sale coup de me faire terminer les interrogations de plusieurs de mes camarades pendant près d'une heure avec un trac abominable. Il était persuadé que j'avais fait des impasses et voulait s'assurer du contraire; il est vrai que la promo était extraordinaire; on faisait corps avec nos profs, créant des cartes de voeux personnalisées au nouvel an pour chaque prof, organisant une fois par mois un dîner avec eux et emmenant certains avec nous en boite jusqu'à des heures tardives; il fallu ramener chez lui le prof de psycho-socio qui titubant continuait de draguer notre camarade Hélène. Ce n'était pas méchant et ce n'est ni elle ni d'autres de nos camarades qui irait aujourd'hui l'attaquer pour de soit disant abus totalement inexistants.

    Voici in extenso la bio de Jean-Claude que je reverrais bien pour encore évoquer tous ces souvenirs, je suis fier d'avoir eu la chance de l'avoir eu comme professeur:

    Né le 17 janvier 1932 à Brassac-les-Mines (Puy-de-Dôme). Fils d'Antoine Dischamps, artisan, et de Lucie Meynial. Marié le 26 décembre 1958 à Bernadette Augier, universitaire. Quatre enfants : Agnès, Philippe, Jérôme, Isabelle. 

    L'enfance de Jean-Claude Dischamps se déroule à Brassac-les-Mines , où il est né le 17 janvier 1932. Il effectue ses études secondaires au lycée de Nice où il obtient son baccalauréat, section mathématiques, en 1950. Il intègre alors l'Institut d'études juridiques de Nice. Licencié en droit en 1953, il devient avocat à la cour d'appel d' Aixen-Provence. De 1953 à 1955, il poursuit ses études à la faculté de droit et de scien¬ ces économiques de l'université d'Aix-en-Provence. Diplômé d'études supérieures d'économie politique, d'histoire du droit, de droit romain, de sciences économiques et détenteur d'une bourse Fullbright, il prépare sa thèse de doctorat à l'université Columbia de New-York de 1955 à 1956. Docteur ès sciences économiques en 1958 et diplômé de la Harvard Business School en 1961. Il devient assistant de sciences économiques en 1956, professeur agrégé en 1958, ( major des premiers concours) puis professeur titulaire de chaire en 1962, au mini¬ mum d'âge, à la faculté de droit et de sciences économiques d'Aix-en-Provence. Il est docteur ès sciences économiques en 1968. Parallèlement, sa carrière se poursuit à la direction de l'Institut d'administration des entreprises de l'université d'Aix-enProvence de 1961 à 1963. Professeur depuis 1963 à l'université de Nice, il fonde et dirige, entre 1966 et 1971, l'Institut d'administration des entreprises de cette même université. Il est élu président de l'université de Nice de 1971 à 1974, puis nommé directeur des enseignements supérieurs, de la recherche et des des personnels au secrétariat d'État aux Universités, de 1974 à 1975. En 1975 il est élu professeur à l'université de Paris II. Sa carrière le mène à faire l'expérience des cabinets ministériels en qualité de chargé de mission auprès du secrétaire d'État aux Universités avec délégation de signature.

    Jean-Claude Dischamps devient recteur de l'académie de Clermont-Ferrand de 1976 à 1985, de Nantes entre 1985 et 1986 puis de Lille jusqu'en 1989. En Février 1996 il est nommé conseiller maître en service extraordinaire à la Cour des comptes. (source entretien https://www.persee.fr/doc/inrp_1295-1234_2008_ant_1_5_3418)

    J'ai rajouté la dernière phrase extraite du décret le nommant signé par Alain Juppé.

     


    1 commentaire
  • Anatole France, pour l'état civil François Anatole Thibault1, né le 16 avril 1844 à Paris, et mort le 12 octobre 1924 à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire), est un écrivain français, considéré comme l’un des plus grands de l'époque de la Troisième République, dont il a également été un des plus importants critiques littéraires.

    Il devient une des consciences les plus significatives de son temps en s’engageant en faveur de nombreuses causes sociales et politiques du début du xxe siècle2.

    Il reçoit le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre en 1921.

    Je veux bien parier que 90% des Français aujourd'hui ne le connaissent pas. Ce qui n'est pas le cas visiblement des lecteurs américains puisque cherchant son livre "Les dieux ont soif" , j'ai acquis via Amazon.fr une édition en Français de l'ouvrage, libre de droits d'auteurs publiée par Scholar Select organisme qui a pour but de faire connaitre des ouvrages de valeur aux jeunes et moins jeunes. L'édition se présente sous un format broché avec une couverture rigide contenant le texte dans sa typographie originale scannérisée.

    Pour en revenir à ce roman, France y dépeint le Paris de la Révolution Française à l'aube de la Terreur et jusqu'à la chute de Robespierre et de sa clique le 9 Thermidor.

    Evariste Gamelin est un jeune peintre, élève de David, il soutien avec force le mouvement républicain issu de 1789. C'est aussi au départ un timide tombé amoureux fou d'Elodie fille d'un de ses clients. il va progressivement mener une sorte de double vie, d'un coté le gentil amant, de l'autre le révolutionnaire qui recommandé par une femme de la noblesse semble-t-il, va intégrer le comité de salut public et le sinistre Tribunal Révolutionnaire et sera un juré qui considérera que le maintien d'une République Française passe avant le justice, la fourniture de preuves irréfragables sur la culpabilité d'un prévenu, passe outre à la présomption d'innocence et enverra sans le moindre sentiment de nombreux innocents à l'échafaud, de tous sexes, de tous âges.

    Anatole France nous fait revivre cette sinistre période de l'histoire de France, dont nous n'avons guère à être fiers avec un style que peu d'écrivains aujourd'hui sont capables d'atteindre quand bien même ils seraient bardés de prix littéraires. A faire llre aux jeunes que l'on bombarde d'un bac ou brevet n'ayant plus aucune valeur.

     


    1 commentaire
  • En 1846 Alexandre Dumas est envoyé en mission par Louis Philippe pour assister aux mariages de la Reine Isabelle II et de sa sœur l'infante Louis Fernande cette dernière au Duc de Montpensier fils du roi de France.

    Le livre est un extrait de l'ouvrage signé par Dumas sous le titre " Le Véloce ou Tanger, Alger et Tunis". C'est à l'initiative J.P.Péroncel-Hugoz que cet extrait de ce livre a été publié en hommage entre autre au roi Hassan II grand admirateur des oeuvres de Dumas qui parait-il possédait les oeuvres complètes de l'auteur des Trois mousquetaires dans chacune de ses résidences.

    Dumas nous emmène dans son périple avec son style vivant et imagé; il est accompagné dans son voyage par deux peintres orientalistes et Maquet qui fut un de ses collaborateurs pour la rédaction de nombre de ses ouvrages. On a droit à un superbe et fort drôle portrait d'Hercule et de son aventure lorsque le Véloce franchit les Colonnes d'Hercule.


    1 commentaire
  • Voici un petit roman historique qui est une escapade au milieu du cafouillage républicain qui nous envahit depuis des mois.

    Philip Kerr nous transporte dans son roman Dark Matter traduit en français sous le titre "Le Chiffre de l'alchimiste", à la fin du 17e siècle. Isaac Newton vient d'être nommé responsable du département de la Monnaie Royale Britannique à la Tour de Londres. En cette période ou le pays est en guerre contre la France dans les Flandres, un vaste trafic de fausse monnaie fragilise le pays au point d'être une menace pour l'issue du conflit fautes de moyens de paiements pour payer l'armée. Newton s'est adjoint un assistant Christopher Ellis qui demeure à la tour tandis que son patron vit dans sa maison de Jermyn Street loin du vacarme des ateliers de la Monnaie et de l'ambiance humide et nauséabonde du sinistre édifice. C'est alors qu'un crime est découvert et que le grand savant et son adjoint vont devoir tenter de découvrir le ou les coupables nous emmenant dans l'univers sinistre des prisons de Sa Majesté, des exécutions sanglantes mais aussi du savoir faire du grand homme.

    Un livre fort intéressant qui repose sur une base réelle car Newton fut en effet chargé avec pouvoirs de police de veiller au grain sur la frappe de la monnaie britannque et son assistant a bel et bien existé. 350 pages fort bien documentées pour une fiction policière qui vous captive jusqu'au dénouement final.


    1 commentaire
  • Le commentaire ci-après avait été proposé au Figaro à propos de l'article Quel est le problème avec l'impôt à la source ? de Marie Théobald  du 31/08. Il fut refusé comme d'autres commentaires sans aucune raison valable ce qui fait que devant la mauvaise foi du système de modération j'ai décidé de clore mon compte ayant mieux à faire que de souffrir les diktats de la presse et des médias.

    Voici ce commentaire tel que proposé in extenso:

    "Il est un problème auquel on n'a pas pensé; le coût de certain prélèvement rapporté à la somme concernée et versée au fisc et au salarié; exemple vécu; pour 27h de cours par an, pendant 10 ans, dispensés à Paris 2 en DESS la pension de retraite versée à ce jour est de 100 euros par an! J'étais heureux de le faire. Cette retraite est versée une fois par an par virement qui sauf erreur coûte moins cher qu'un chèque en termes de coûts de traitement pour la banque. Mais déjà à ce stade le solde en terme économiques net de charge doit être proche de 0!

    Actuellement sur la feuille d'impôt il s'ajoute aux autres pensions et donc le prélèvement de l’impôt en termes de coût est noyé dans la masse; avec le prélèvement à la source la somme sera individualisée à la date du versement de la pension, donnera lieu à feuille de paie, qui coûte, virement qui coûte, et virement au fisc qui coûte! La facture sera encore plus coûteuse très certainement vu le nombre d'intervenants, de logiciels mis en oeuvre, de contrôles avant finalisation de l'opération et ce pour une somme dérisoire qu'il n'est pas question de mensualiser ce qui aurait pour effet de multiplier par 12 les coûts pour une somme brute inférieure à 10 euros mensuels! Et voilà un ministre et ses patrons qui nous parlent de gestion de trésorerie de l'Etat! Bravo pour la qualité du management! je précise pour le modérateur du Figaro que la somme indiquée et celle que je reçois. Je n'ai rien à cacher."

    Je précise que je ne suis nullement opposé à la mise en place d'un système pareil; par contre je considère et les critiques qui fusent de toutes part sans parler du cafouillage entre le président et ses ministres sur le sujet, font que je pense qu'effectivement il faut pour le moment surseoir et reprendre la copie avec  méthode surtout sans faire appel à des consultants extérieurs véritable calamité du monde actuel qui se prétendent qualifiés alors que vu leur jeune dans la plupart des cas n'ont ni les connaissances suffisantes ni le recul pour donner des avis pertinents sur des sujets aussi complexes. 

    Ce n'est pas en deux ou trois qu'on dénoue l'écheveau inextricable de la fiscalité de l'impôt sur le revenu en France; s'imaginer qu'on puisse plaquer sur le système français des méthodes venues de pays scandinaves ou autres qui reposent à la base sur des principes totalement différents, l'article le souligne d'ailleurs, est du domaine de l'utopie.

    A la rigueur comme le suggérait un des commentateurs peut-être que cela marcherait si on appliquait la retenu sur l'impôt actuel mensualisé. L'Etat croit qu'il va faire des gains de trésorerie avec son système et se trompe car comme toujours ne met pas en face des ressources les dépenses non seulement engagées pour créer le système mais celles de fonctionnement récurrentes ensuite. On nous fait miroiter des économies d'effectifs de fonctionnaires à Bercy, la belle blague, nous savons ce que ces promesses signifient, et dans ce domaine le gouvernement actuel pratiquera un politique de gauche portant au nues ses pauvres collaborateurs surchargés de boulot etc...

    Macron nous réserve de beaux jours de casse tête en voulant tout faire dans la précipitation comme un gamin placé devant une table pleine de patisseries et ne sachant pas comment faire pour tout avaler à la fois de peur de voir le plateau lui passer sous le nez, c'est un peu comme ces douairières dans les cocktails qui en même temps qu'elles avalent trois petits fours d'un coup en mettent dix dans leur sac à main!


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires